Si une poignée de groupes comme Renault ou Orange tirent leur épingle du jeu sur Facebook ou Twitter, d’autres y essuient des échecs retentissants, faute d’adapter leur communication au Web social.
Via www.lefigaro.fr