Des outils que la justice pourrait un jour exploiter à des fins autres qu’informatives. A Veracruz, un tweet diffusant de « fausses informations » pourrait ainsi valoir la bagatelle de 30 ans de prison à deux internautes.
Via www.agence-modedemploi.com